Paris (n.pr.) : ville française, accessoirement capitale de la France, réputée mondialement pour son libertinage et ses clubs échangistes. Considérée par beaucoup comme le berceau du libertinage moderne.

Allez un peu partout dans le monde et prononcez, avec notre inimitable accent français, ces deux syllabes : Paris. Vous verrez sans doute les yeux de votre interlocuteur scintiller de mille feux. Et si le dit interlocuteur/trice est libertin / libertine, l’effet en sera d’autant plus grand. Car Paris, en matière de sexualité, c’est le must : l’amour courtois, Sade, les années folles et surtout « voulez-vous coucher avec moi, ce soir ? ».

voir la vidéo complète

video porno gratuite :
deux libertines s’amusent au Quai 17, club échangiste et libertin de Paris
téléchargez

Le berceau du libertinage ?

Et c’est un fait : Paris a été très tôt un haut-lieu de la libre-pensée. Et c’est ainsi que, débarrassée de la morale sexuelle rigoriste et étroite de la religion, une certaine aristocratie (économique, intellectuelle) a pu s’adonner aux plaisirs du sexe sans trop de limites. On pense au Marquis de Sade, on pense à Denis Diderot. Et plus tôt encore aux libertins de Versailles, Bussy-Rabutin notamment.

Ceci étant, il faut bien le dire : le libertinage des temps anciens concerne surtout les hommes. Car le libertinage, à Paris comme ailleurs, est le fait de ces messieurs. Qui fréquentent des « courtisanes ». Autrement dit, des prostituées, des filles de mauvaise vie, des jambes légères et autres surnoms attribués à la femme, victime.

Mais alors, ce « glorieux » passé libertin de Paris a t-il quoi que ce soit à voir avec le libertinage moderne, consensuel et respectueux des dames ?

Du libertinage à Paris

Il ne m’appartient pas ici de trancher cette question. Par contre, je peux faire un constat simple : la ville-lumière est aussi celle qui compte le plus de clubs échangistes, de saunas mixtes et autres lieux de drague libertine. Elle est sans doute aussi l’une de celles où sont organisées des parties fines privées (j’entends ici sans prostitution).

On recense dans la ville et dans sa proche banlieue une bonne trentaine d’établissements libertins. Qui dit mieux ? A vrai dire, personne. Seul le Cap d’Agde peut se vanter d’une plus grande densité de clubs et saunas, mais à une moindre échelle.

Est-ce à voir avec son glorieux passé ? En tout cas, Paris est bien un haut-lieu mondialement célèbre du libertinage et de l’échangisme.